ACCUEIL  >  CHRISTOPHE BASTIE

BIO/PARCOURS TRIATHLÈTE CHRISTOPHE BASTIE

Baigné par le football durant l'épopée 76 des ''verts'', j'ai basculé dans le tennis assez vite à la grande époque des Connors, Borg, Mc Enroe, Lendl, Noah, Cash, Wilander, ... Bon joueur régional, classé 7 ans en seconde série avec perf jusqu'à 1/6 ( pour les connaisseurs), j'ai été limité dans cette discipline par une vitesse de bras quelconque, le manque d'encadrement et de possibilité de s'entraîner. Les terrains de tennis étaient bondés dans les années 80 et un coah hors de prix  ! Alors je me suis invisti dans la préparation physique en dehors du terrain avec comme Ivan Lendl un peu de vélo... J'ai pris goût à cette discipline (allant même jusqu'à entreprendre un périple St-Etienne-Grasse sur une journée!) et j'ai profité du triathlon  organisé à St Etienne (Un des premiers en France!) pour m'essayer à cette discipline gérer alors par le ''Conadet''. Cela a été une superbe decouverte et dès l'année suivant je m'inscrivais à Nice et Embrun !  C'était en 1991....


Christophe BASTIE né en 1969 (nationalité Française)
Entré dans le team lewatt en 2014
Performances de l'année :
Objectifs de l'année : Faire mieux qu'en 2014....
Palmarès : 12 chronos sous les 8h30' sur distance Iron Man (8h19' en 2012 à 43 ans !), meilleur chrono Français sur 180km vélo sur Ironman en 4h14', + de 35 top 10 sur distance Ironman ( 4e IM Francfort, IM Floride, 6e Challenge Roth, 3e Challenge Vichy,..), 8 participations à Hawaï en ''pro'', vice champion de France triathlon Elite longue distance, 4 sélections en équipe de France, plus de 40 victoires et plus de 70 podiums !
Lieux d'entrainement préférés : Pilat
Points fort : Vélo
Points faibles : 46 ans

BLOG TRIATHLÈTE CHRISTOPHE BASTIE

07/09/2017 : Le dernier...

Ce sera le dernier petit article me concernant dans la rubrique ''Elite'' de ce super site onlineTri.com qui apporte tant au triathlon en France. Car l'ironman de Vichy 2016 était mon dernier Ironman labelisé en Pro. Et si tout va bien jusqu'à ce samedi , le Challenge Almere, sera mon dernier "distance ironman" sur lequel je suis dans une vague dite ''Elite''.  En effet, je me suis surpris à regarder mon carton vélo...et la liste des engagés. Sur les 35 triathlètes présents beaucoup sont nés dans les années 90 ou 80, 3 ou 4 dans les années 70, mais il n'y en a qu'un des années 60 !!...Alors même si l'envie de compétition est toujours là. Il est sans doute temps d'aller en découdre chez les GA. Avant cela, l'objectif ce samedi sera donc de masquer au mieux mon âge avec le bonnet, les lunettes, puis le casque aero et enfin la visière et les lunettes ! Mais je me batterais aussi avant tout pour le plaisir, pour repasser sous les 9h, apparaître dans la 1ere moitié du classement ''Elite'' et voir jusqu'où je peux encore aller. Car ce combat contre le temps, parce qu'il est perdu d'avance, est un des plus beau à mener!


25/08/2016 : Pas le bon Coli...

Si quelqu'un qui passe par là, connait une solution?? Je suis preneur !! J'aurais en effet, bien aimé recevoir autre chose que cet Escherichia Coli qui m'embête depuis maintenant 1 an. Cette bactérie m'a obligé à déclarer forfait sur les 2 premieres courses sur lesquelles j'étais inscrit cette année ( Challenge Danemark et Challenge Poznan ). 15 semaines d'antibiotiques n'ont pas empêché 4 rechutes depuis mai dernier... Un petit peu contre l'avis médical, j'ai donc arrêté les antibios et j'essaie de gérer avec des remèdes de ''grand-mère''... Pas si mal d'ailleurs puisque je vais même tenter de m'aligner sur ce qui devait être le 3e objectif de l'année, l'ironman de Vichy! Les conditions annoncées de chaleur ne sont pas pour déplaire à Coli et il y a donc peu de chance que j'enchaine une 20e saison avec au moins un distance ironman bouclé. Mais cela sera déjà une grande joie de pouvoir être sur la ligne de départ de cette belle epreuve! 


23/05/2016 : Une piqûre de rappel !

Une piqûre de rappel. Ou plus qu'une piqûre un Aiguillon !...

J'ai en effet profité du déplacement avec certains des jeunes de la Loire sur la Coupe d'Europe en Vendée à l'Aiguillon-sur-mer pour faire un retour à la compétition après presque un an sans triathlon et même bientot 2 ans sans une épreuve autre qu'une distance IM...  Bien sur, j'étais trop vieux pour courir sur le sprint le dimanche.. Mais les organisateurs ont eu la très bonne idée de proposer un longue distance le samedi avant la Coupe d'Europe juniors.

Depuis quelques années, l'équipe de Brice Piveteau propose des courses d'une très grande qualité et le half distance mériterait un plus grand succès car il propose sans doute ce qui se fait de mieux en terme de rapport prestation - coût d'inscription. Alors que les courses à label, souvent hors de prix, deviennent illisibles avec leurs départs échelonnés imposés pour acceuillir toujours plus de monde. L'Aiguillon-sur-mer,  pour 75 euros, permet à l'athlète de recevoir toute l'attention nécessaire de la part de l'organisateur tout en bénéficiant d'une vraie course à ''l'ancienne'' !  Même si pour être un peu critique, j'ai très moyennement apprécié les 2km de course à pied dans les sables mouvants...

Retour rapide sur la course dominée du début à la fin pour un excellent Valentin Rouvier. Parti de Saint-Etienne le vendredi soir à 19h, l'objectif premier consistait à arriver à temps pour le départ le samedi à 13h. Ce premier challenge réussi, le reste n'a été que pur plaisir ( sauf la course dans les sables mouvants... ). Et au terme d'un bel effort,  je suis surpris d'accrocher le podium!  

Le rappel de cette belle douleure imposée par la compétition me permet de lancer la saison qui devrait compter 3 ( ou 4.. ) beaux objectifs.

- Challenge Danemark à Billund distance  IM le 12 juin   ****
- Challenge Pologne  à Poznan distance  IM le 24 juillet *****
- Ironman Vichy le 28 aout *****

Et  pour ceux qui m'ont questionné sur le post précédent... Celui-ci ( ci dessous ) ne parlait bien sur pas de triathlon, mais était beaucoup plus intime !... Cette précision semble être nécessaire pour une relecture...


08/02/2016 : Je n'y crois plus….

2016 devrait être ma 25e année. Très longtemps, j'ai cru chaque saison pouvoir progresser et cela a été un peu égoïstement le moteur prinicipal à ma motivation. Mais depuis quelque temps, il a bien fallu se rendre à l'évidence... Inexorablement, les performances baissent et espérer encore une amélioration des résultats serait illusoire. Alors pourquoi s'acharner? Interdit de pratiquer pendant un moment en 2015, j'ai vu tout doucement mon corps se transformer jusqu'à atteindre des valeurs et formes inconnues jusque là.... La mise sous tension des muscles, l'accélération du mouvement sont devenus de vrais efforts. En retrouvant la santé, j'ai pu à nouveau mesurer le bien être que peut apporter l'exercice! Pourquoi se priver de tous ces bienfaits alors que je garde la capacité à m'exprimer. Après 25 ans, la passion et l'envie sont toujours présentes. Et si beaucoup des émotions et sensations liées à la pratique sont connues. Elles ne perdent en rien de leur intensité. Au contraire, le temps qui passe incite à toujours plus les bonifier et les apprécier. Alors très loin de tout divorce, 2016 sera, je l'espère, une nouvelle année à vivre avec ses découvertes, ses partages, ses nouveautés, ses défis et la volonté de toujours y croire jusqu'à la fin!


04/09/2015 : Pro statique...

Bien que plus trop ''Pro'', j'ai quand même été tout proche de me retrouver statique pour de bon... La course au Canada et la recupération de celle- ci avait été plus problématique qu'à l'accoutumé. Mais cela était pratique de le mettre sur le compte de mes conditions de courses dramatiques. Amnésique, j'avais oublié la Prostatite dont j'avais été victime fin juillet quand celle ci est revenue euphorique. Son retour était pourtant tout sauf illogique puisque j'avais mis en place tous les éléments nécessaires à une  récidive chronique : un peu de vélo, un peu de chaleur et de soleil... Mais je pense la stopper de façon classique pour pouvoir avancer rapidement dans une fin de saison magnifique. Mais la bactérie maléfique fonce dans le sang, septicémie, et c'est moi qui finis cadavérique.. c'est la panique, l'ambulance, arrivée 1h45' après l'instant critique, avance quand même beaucoup plus vite que moi qui ne peut être que trainé par ma famille jusqu'à la baignoire pour un bain d'eau froide bénéfique. Après être passé prêt du moment fatidique, c'est donc à la clinique que le corps médical remet en route ma mécanique. Bien que pas automatique, la tactique est la perfusion de chimiques antibioques (cf photo..) pas sympathiques, car toxiques.... pas logique, mais sûrement bénéfique. Tel une relique, je vais rester en mode économique un bon moment avant de je l'espère être à nouveau plus dynamique en 2016.  N'oubliez pas de profiter, c'est toujours plus ludique quand on a la chance d'être tonique !


17/08/2015 : Va chercher ta médaille !

L'expérience de mes quelques 70 ''distance ironman'' accumulés n'y a rien fait... j'ai subi ma plus grosse défaillance sur l'ironman de Mont Tremblant depuis l'Embrunman 1995... La participation a une épreuve décidée par la motivation de découvrir une région ne me convient pas trop... Même si l'objectif reste atteint ! Mont Tremblant est vraiment un très bel endroit ! Mais je ne pensais vraiment pas rencontrer une telle météo ici. 100% d'humidité jusqu'à 10h et 38° de température ressentie au plus fort de la journée... Connaissant mon incapacité à maintenir une balance hydrique correcte dans de telles conditions, mon objectif au départ de la course était de gérer au maximum pour éviter de connaitre une journée galère jamais très bonne pour le moral et la santé. Mais toujours tenté par le top 10, j'ai dû aller malgré tout encore trop vite par rapport à mes capacités et les crampes sont apparues à la fin du vélo. Et même si en écho des nombreux spectateurs je me répétais ''tu lâches paaas!!'' je n'ai pu que subir le marathon pour terminer complètement déhydraté. Incapable d'avaler quoi que ce soit à partir du 33e, j'ai ralié l'arrivée à l'agonie en entendant Linda me crier :  "va chercher ta médaille !" Un grand merci à toutes les personnes ( athlètes , spectateurs ) qui m'ont encouragé pendant la course.

 


01/08/2015 : Tremblant….

Je ne pensais pas voir l'avenir... mais je me suis bien retrouvé tremblant tout de suite après mon dernier post... Non pas que j'ai été téléporté au Canada, mais frissonnant, grelottant.... et rien à voir avec une quelconque appréhension d'un objectif. Simplement, cloué au lit avec 40° de fièvre suite à une infection urinaire.. Prostatite chez les vieux messieurs... Mais le vieux monsieur bien aidé par un traitement rapide aux antibios récupère vite ! Et cette petite période de repos forcé aura même peut être été profitable. De toute façon, il y a très souvent de petites contrariétés dans une préparation et je pense quand même  me présenter avec de bonnes munitions au départ ce dimanche. Il reste maintenant à les utiliser à bon escient et surtout ne pas se retrouver sans répondant trop tôt sur cette course qui s'annonce particulièrement exigeante avec en plus des difficultés du parcours une température ressentie annoncée à 35° ce dimanche.

Lionel Sanders fait office de grand favori et son seul adversaire pour la victoire semble être Jordan Rapp. Ensuite, de nombreux triathlètes vont se battre pour le podium, parmis lesquels nous devrions retrouver Paul Ambrose, Justin Daer, Trevor Delsault, Matt Russell, Pierre-Yves Guigou,.. J'essayerais donc de me situer pas trop loin de ceux ci pour espérer un nouveau top 10, voir top 8...


28/07/2015 : A Saint-Chamond, tremblant pour la suite...

J'ai changé mes habitudes pour ce mois d'aout 2015... Depuis 5 ans, je prenais la direction du nord de l'Europe pour un distance ironman toujours très roulant à Copenhague ou Kalmar. Cet Ironman en Suède est vraiment une des mes épreuves préférées par ses parcours, ses paysages, son ambiance, son organisation et j'étais tout prêt de repartir pour une 4e participation...  Mais j'avais aussi très envie depuis longtemps de découvrir l'est du Canada et le Québec et donc l'épreuve de Mont Tremblant !

Descendant généralement d'altitude au dernier moment pour me rendre en Suède, je terminerais cette année ma préparation,  pour cette épreuve dont le dénivelé ( 1800m ) m'effraie,  chez moi à Saint Chamond... C'est un défi, car cela fait très longtemps que je n'ai pas surmonté une telle difficulté sur un parcours vélo d'ironman. Pour l'occasion,  le Slice RS a subi  un petit régime en perdant presque 1 kilo par rapport à sa configuration 2014 ! Retour de l'étoile à la place du plateau aero, nouveau groupe électrique, nouvelle selle et nouvelles roues me permettent de descendre la machine assez largement sour les 8 kilos. L'idéal serait d'imposer la même perte de poids au bonhomme, mais étrangement, d'année en année la courbe semble plutot suivre une tendance inverse....

Malgré tout,  cette nouvelle traversée de l'Atlantique ne sera pas qu'un voyage découverte et si le chrono ne sera pas un objectif sur cette épreuve difficile,  j'espère être encore capable d'accrocher un top 10 !

 

 


14/06/2015 : Coup dur au Challenge Danemark

Le Challenge Danemark s'est bien déroulé pour moi ! Cela faisait 13 ans que je n'avais pas couru si tôt dans la saison et cette première course de l'année a été en adéquation avec mes espérances. Malgré la pluie sur une partie du parcours cela a été une superbe expérience de courir avec la règle des 20m pour le drafting qui est sans doute LA solution pour avoir des courses "réglo'' sur le vélo. Ill y a quand même  toujours une envie de garder un concurrent en point de mire et je suis sans doute parti un peu vite durant la première heure pour exploiter au mieux mon potentiel du jour sur le Slice RS. Mais celui ci est allé suffisament vite pour me poser en 2e position après 4h33' de vélo derrière le local de l'épreuve Fischer qui gagnera la course. Je garde cette 2e place prêt de 20 kilomètres avant d'être débordé par quelques bons coureurs (ou moins mauvais que moi...)  sur la fin pour finalement passer la ligne en 6e position après un marathon en 3h11'... Un peu loin des 3h05' souhaitées.. mais le meilleur temps du jour est seulement de 2h58' et le GPS me donne plus de 42,5km.. Donc pas si mal !

Le coup dur, dont j'ai pu heureusement me relever avant le départ est survenu  lors du Biefing des Pro. Lorsque je me présente à un organisateur avec mon fils Clément de 16 ans qui m'accompagne, celui ci a tout simplement trouvé plus crédible de penser que c'était Clément qui participait à la course et moi le ''vieux papa'' qui l'accompagnait... Après avoir été pris, il y a quelques années pour un parent de Jeanne Collonge et Jeremy Jurkiewicz... cela remet à sa place !....


11/06/2015 : Au Challenge Danemark pour la victoire !

Même si un site de pronostic me classe premier de la course, le titre est bien pour attirer l'attention et me faire passer pour  plus ''beau'' que je ne le suis ! C'est vrai, ce n'est pas très honnête, car le site en question semble se baser sur les résultats des dernières saisons et ne pas prendre en compte les années qui passent... La start list aurait fait belle figure, il y a encore 5 ans avec plein de triathlètes sur le retour, à la recherche d'une nouvelle belle place sur une compétition peu courtisée. Beaucoup d'entre eux, bien que vieillisant semblent susceptibles de me devancer au classement et un top 5 semble donc plus réaliste.

J'espère cependant que ce titre racoleur permettra d'attirer l'attention sur cette épreuve et ses caractéristiques sur le parcours vélo qui font que j'ai tout fait pour être présent. En effet et sans doute pour la première fois sur ce format, la distance pour le  drafting chez les Pro sera de 20m ! Et les arbitres annoncent la pénalité pour les athlètes à moins de 20m et la disqualification automatique pour un athlète  pris à moins de 10m !

J'ai donc hate d'expérimenter ceci et je chercherais aussi à profiter du parcours rapide pour confirmer ma progression sur le marathon entamée en Arizona et me rapprocher des 3h05'...


26/04/2015 : 2015…. Pro pas Pro ?


La question sur le fait de concourir en Pro ou en GA se pose. Qu'est ce qui fait que l'on court dans l'une de ces catégories ? Certains vous diront que cela est lié à la situation professionnelle, d'autres au niveau ou encore à l'âge ou bien aux 3 réunis ? J'ai toujours pensé que c'est le niveau qui induit de courir dans une catégorie et crée les disponibilités, et non l'inverse.  Si on est très fort, on finit toujours par avoir un maximum de disponibilités. Vernay, Viennot, Jurkiewicz, etc.. ont pu le démontrer ces dernières années. Tous avaient une activité professionnelle. Mais cela ne les a pas empêchés de progresser pour finalement parvenir à se consacrer pleinement à leur passion. 

Je n'ai personnellement jamais été suffisamment performant pour ne faire que du triathlon. Mais cela n'a en aucun cas été lié au manque de disponibilités. J'ai cependant trouvé bien plus d'intérêt sportif à m'aligner en pro durant ces 20 dernières années. Mais à 46 ans, il y a de plus en plus d'intérrogations. Beaucoup d'athlètes de ma génération ont basculé depuis un moment des Pro aux GA avec de beaux titres à la clé dans leur catégorie d'âge. Les athlètes présents en GA les voient rarement arriver d'un très bon oeil... Mais le fait d'avoir été Pro doit-il empêcher de continuer à se faire plaisir en allant chercher la compétition chez les vétérans ? Je ne pense pas... Mais il est certain que ces bascules réhaussent chaque année le niveau des GA de plus de 40 ans !

En essayant de ne pas être ridicule, je resterais en '''Pro'' en 2015... Peut être que je n'accepte pas de vieillir ? Sans doute un peu !.. Mais je pense aussi que le fait de quitter la première vague incite obligatoirement à un relachement dans l'implication. Je profite de ma propre expérience pour savoir jusqu'ou l'athlète peut aller dans l'entrainement et la compétition malgré l'âge.
De plus, il semble me rester un peu de marge avant de passer au vélo électrique pour accompagner les ''jeunes'' sans trop les retarder dans les entrainements... Alors, je vais m'aligner encore en Pro en 2015. Afin de garder le plaisir dans la confrontation, les compétitions seront certes moins relevées que des P4000.  Mais cela restera de beaux objectifs! Et je vais aussi tenter d'aller chercher les 3h08' sur le marathon de ces distances ''ironman'' pour gagner un petit pari... Je devrais avoir 3 occasions pour cela sur la saison. 

 

- Half distance ou courte distance mi mai *
- Challenge Danemark Full 13 juin ****
- Half distance ou courte distance début juillet **
- Distance ''ironman'' mi aout *****
- Emeraude Tri Race 13 septembre ***
- Distance ''ironman'' entre fin septembre et début décembre *****

 


17/11/2014 : Ironman Arizona. Bravo !

Plein de bravos pour cet Ironman d'Arizona !

Bravo tout d'abord aux bénénvoles. Ils sont extraordinaires et rendent la course super sympa en étant bien plus que des bénévoles. 

Bravo aux vainqueurs !  Avec Mc Mahon qui frappe un grand coup pour son premier ironman en battant le record de l'épreuve ! En plus les conditions météo, avec un vent plus que présent ( ..) ne se prêtaient pas à faire un ''chrono'' et comme toujours aux US ( au risque de me répéter... ) la distance est bien là dans les 3 disciplines. Et Meredith Kessler n'est pas en reste avec un chrono de 8h50' qui rélège l'Autrichienne Huetthaler à 8' !

Mais surtout un énorme bravo à la majorité des concurrents pour leur état d'esprit  ! Le fait d'avoir un parcours vélo en 3 boucles en A/R ( Comme à Barcelone...) permet de voir un petit peu ce qui se passe sur la course. Et que cela soit chez les Pro ou les chez les GA ( avec pourtant plus de 3000 partants ), l'esprit No Drafting était respecté. Le vent a bien sur aidé à ''casser'' les groupes, mais il rendait aussi la tentation encore plus grande de vouloir s'abriter... Et pourtant, les arbitres étaient quasi absents. Cela est vraiment très décevant de la part de l'organisation qui malgré les recettes de 3350 inscrits ne fait pas l'effort de consacrer un petit budget à l'arbitrage. Mais cela montre aussi que c'est surtout l'état d'esprit des triathlètes qui est prépondérant.

Et enfin.... Bravo à moi ! Serieusement, je suis fier de ma prestation ! Des bonnes sensations dans l'eau qui me font mener mon groupe sur tout le retour , avant d'être un peu débordé dans l'emballage.... mais je suis quand même à 7' de la tête au départ du vélo.... Les conditions de courses font que je peux gérer mon effort vélo en solitaire à la perfection avec un chrono similaire sur les 2 premières boucles et un tout petit relachement sur le dernier retour pour un nouveau chrono sous les 4h30' ! J'ai pris le temps d'apprécier la sensation d'enrouler les pédales pour filer à + de 50 km/h sur les grandes lignes droites, couché sur le RS qui adore cela !  Grisant !....  Arrive enfin le marathon... dur de se dire que l'on ne peut, à partir de ce moment là, que perdre des places. Mais je suis préparé et complètement dans ma bulle. Et je vais me battre comme un fou simplement avec mes pulsations en tentant de les maintenir dans la fourchette voulue. C'est dur au début car je pourrais aller plus vite... mais bien plus dur à la fin parce que je dois me faire très mal pour ne pas les voir chuter ! Loin de la tête de course, je m'accroche comme si je luttais pour le podium et parvient pour la première fois de l'année à rester au dessus de 13 km/h ! J'aurais été comblé à 13,5... Mais cela fait déjà une belle progression depuis le mois d'aout et surtout que cela est bon de pouvoir se dire à la  fin de l'épreuve que l'on a tout donné et que l'on ne pouvait pas faire mieux ! Sur la distance Ironman cela faisait un petit moment que je n'avais pas eu cette sensation...


10/11/2014 : En Arizona pour progresser !

Ma saison 2014 n'a pour l'instant pas été très réussie avec 2 prestations bien correctes sur les halfs de Dijon et de l'Emeraude Tri race qui ne compensent pas 3 résultats bien médiocres sur mes 3 dernières courses distance Ironman.... La hernie discale se résorbant lentement, je peux à nouveau courir presque normalement depuis début septembre. Cette blessure ne peut donc plus être une excuse pour mes contre performances en course à pied à venir...  Par ailleur, j'ai pu comme chaque année bénéficier d'un peu plus de temps libre en octobre pour tenter de préparer au mieux la dernière échéance 2014. Mais cette fois ci après les 10 années à aller courir en Floride, j'ai décidé de terminer la saison en Arizona!

Je me presenterais donc dimanche prochain à Tempe avec l'ambition de progresser par rapport à mes 3 ( voir 4.. ) dernières sorties sur la distance et surtout tenter de recourir un marathon en moins de 3h10' avec du plaisir ! A 45 ans pour parvenir à faire le meilleur résultat possible, je dois surtout rester humble et accepter de ne plus aller aussi vite. Quand on connait l'importance du mental dans le sport, c'est sans doute là la plus grande difficultée. Garder la motivation à son maximum dans l'effort bien que mes capacités physiques diminuent. Tel sera mon principal objectif ce dimanche à Tempe. Car si à l'érosion des performances s'ajoute une baisse de la motivation le résultat peut très vite chuter très bas.  Baisse de motivation = Mauvais résultat = Absence de plaisir  ou plus surement l'inverse... Dans tous les cas cet Ironman AZ sera un bon révélateur..